JEAN-FÉLIX HAUTBOIS

Master_jeanfelix_hautbois.jpg

   Jean-Félix Hautbois a débuté la batterie par le punk et les musiques improvisées avant une spécialisation au lycée, puis à l’Université en musicologie. Il écoute alors les musiques populaires du monde, explore la pop-culture et développe sa passion pour les architectures musicales et le langage rythmique. À l’issue de sa licence il découvre le chant traditionnel dans les musiques bretonnes et commence un nouveau parcours, d’abord au Conservatoire puis au Pont Supérieur. Cette découverte est le point de départ d’une double expression artistique : tantôt rythmique, tantôt vocale.

    Parallèlement à ce parcours d’apprentissage, il a multiplié les expériences musicales à la batterie (improvisation libre, musiques actuelles). De sa rencontre avec Roland Becker, il découvre au sein de l’Orchestre National Breton l’art sonneur du trio biniou-bombarde-tambour et cristallise sa prédilection pour le terroir vannetais. Il continue aujourd’hui d’explorer les musiques urbaines du monde et la musique bretonne dans le quintette Castor & Pollux. Dans le même temps c’est en fest- noz qu’il chante, avec le duo Hautbois/Chauvin (Morbihan gallo, presqu’île guérandaise) ou le quartet Lâret-Hi (breton vannetais). Il a aussi intégré l’ensemble de polyphonies géorgiennes Mze Shina, notamment pour sa création « Elesa » (chant et percussions).

   Avec le master Artistes des musiques traditionnelles il souhaite élaborer une proposition musicale personnelle, vocale et rythmique, dans l’univers défricheur des esthétiques contemporaines issues des musiques traditionnelles.

Crédit photographique : Laetitia Rouxel